Type de recherche : élaborée limitée
Bannière du site Overlord44
Préparation Le lancement Le Jour J Bataille de Normandie Témoignages Biographies Documents Musées Le site
En savoir plus sur un mot...

Creative Commons License
Cette creation
est mise a disposition
sous un contrat Creative Commons.

NEWS

[Voir toutes les news]
Cliquez sur le titre de la news pour la voir apparaître

Report

News postée par Louis le 18/12/2009.
Overlord44, version 5.3.7
La mise à jour générale est reportée au mois de janvier tant elle est importante. Nous y travaillons activement.

Rénovation du site à venir

News postée par Louis le 01/10/2009.
Overlord44, version 5.3.6
Une rénovation complète du site aura lieu au mois de décembre prochain : articles, images, structure, design seront remaniés à cette occasion.

Bibliographie mise à jour

News postée par Louis le 30/09/2009.
Overlord44, version 5.3.5
La bibliographie et les sources des cartes ont été mises à jour, dans la page "Sources", menu "Documents".

Elles seront à nouveau mises à jour après la rénovation du site.

100 000 visiteurs

News postée par Louis le 25/09/2009.
Overlord44, version 5.3.4
Overlord44 a reçu plus de 100 000 visiteurs depuis sa création !
Merci à tous de vos visites !
N'hésitez pas à nous écrire et nous faire part de vos remarques dans le livre d'or ou en nous écrivant directement.

Réécriture des Témoignages

News postée par Louis le 24/09/2009.
Overlord44, version 5.3.3
Les témoignages ont tous fait l'objet d'une mise à jour : ils ont été entièrement réécrits pour corriger les nombreuses coquilles qui s'y étaient glissés.
La traduction d'un article du New York Times sur un témoignage a pris sa place parmi les "Petits Témoignages".
Bonne lecture.

Traduction d'un article

News postée par Louis le 23/09/2009.
Overlord44, version 5.2.1
La traduction d'un article paru dans le New-York Times est disponible dans "Les Témoignages", partie "Petits témoignages" ; il porte sur la première cérémonie juive en Allemagne depuis l'avènement d'Hitler, à Aachen. Le chanteur religieux de la cérémonie a été récemment identifié et retrouvé : il a débarqué avec la 1ère division d'infanterie américaine le 6 juin en Normandie et témoigne aujourd'hui

-- A propos de : Mortain --


La contre-attaque de Mortain

Toutes les forces allemandes de Normandie sont engagées, début août, après Cobra. Hitler donne l’ordre d’envoyer en renfort plusieurs divisions ; les 84e et 85e DI font route du Pas-de-Calais, la 89e DI traverse la Seine fin juillet, suivie de la 331e DI. La 363e DI commence combattre dans le secteur du 84e corps et la 708 DI venant de Vendée et traverse la Loire près d’Angers.
Si le front Est de Normandie est stable et organisé, il n’en va pas de même pour l’Ouest, plus faible et désorganisé. Cela tient au fait que les unités de la 7e armée allemande ont été repoussées violemment, dispersées ou détruites pendant l’opération Cobra et les débris d’unités restantes ont été réintégrées aux corps d’armées à l’ouest de l’offensive américaine comme au IIe corps parachutiste, ou au 84e corps rendu très faible.

Hitler veut reprendre Avranches pour couper la 3e armée américaine de la 1ère, puis remonter pour prendre St Lô et attaquer les alliés à revers. La contre-attaque doit avoir lieu dans le secteur du 8e corps US. Pour rassembler des forces suffisantes à la contre-attaque, Hitler pense d’abord désengager le 2e corps panzer, mais celui-ci est « cloué » par la pression des Britanniques. Kluge, réticent à l’idée d’affaiblir le front par une contre-attaque sans espoir, propose alors de mener l’attaque avec le 47e corps panzer de Funck. La 2e SS panzer et la 116e panzer doivent mener l’assaut initial, renforcées ensuite par la 1ère division panzer SS. Le corps est renforcé par la 275e DI qui doit couvrir son flanc Sud. Hitler laisse Kluge superviser l’attaque à partir du 2 août et lui demande un rapport complet le 6. Il lui donne d’importants effectifs supplémentaires : 60 chars Panther, 80 panzers IV venant de l’Est de Paris et tous les véhicules blindés de la 11e panzer venant du Sud de la France. Ces forces sont intégrées au 47e corps panzer.
Le premier échelon d’assaut est composé des troupes suivantes : la 116e panzer doit frapper vers Chérencée, au nord de Mortain et protéger le flanc Nord de l’attaque. La 2e panzer, renforcée de deux bataillons panzers, doit supporter l’effort central en se dirigeant d’ abord vers le Mesnil-Adelée. Enfin, la 2e panzer SS « Das Reich » renforcée par les derniers éléments de la 17e panzergrenadier a pour objectifs successifs Mortain et St Hilaire. La 1ère SS panzer soutient l’assaut au centre et doit exploiter la percée pour foncer vers Avranches.

Le 7 août, peu après minuit, la 2e SS panzer lance l’attaque sans préparation d’artillerie et prend Mortain. Puis elle continue vers St Hilaire sans rencontrer de résistance américaine significative. A midi, elle est à mi-distance de St Hilaire et Mortain. Le 2e bataillon du 120e régiment de la 30e DI américaine est resté encerclé sur la cote 317, hauteur à l’ouest de Mortain. La 2e panzer charge au centre, mais une partie de ses effectifs reste en arrière car le temps manque pour les rassembler. Elle atteint le Mesnil-Adelée comme prévu. A l’aube, une colonne de la division rencontre une forte résistance au sud du village et s’arrête. Une autre colonne plus au sud attaque, renforcée par un bataillon de la 1ère SS panzer mais des tirs antichars la ralentissent à St Barthélemy. L’opposition réduite, la colonne s’approche à quelques kilomètres de Juvigny-le-Tertre, où elle s’arrête à cause d’une forte résistance. L’attaque est embourbée ; Funck, chef du 47e corps panzer qui mène la contre-attaque, compte la relancer avec des éléments de renfort de la 1ère division panzer SS. Mais la brume se lève et les chasseurs-bombardiers alliés et la résistance à terre clouent l’attaque sur place. Les artilleurs américains frappent les des colonnes des 1ère et 2e panzer et les immobilisent sur des routes trop étroites. Au nord, la 116e panzer n’est tout simplement pas partie : son commandant, le général Von Schewerin a fait partie du complot contre Hitler et aurait été de ceux qui auraient négocié si l’attentat avait réussi. Il n’a pas informé ses subordonnés de l’attaque. Il est limogé et remplacé, mais il est trop tard pour lancer une attaque ; la pression américaine est alors sur le point de déborder la division. La 4e DI américaine, au repos fait donner de son artillerie pour empêcher les Allemands de traverser la Sée. La 30e DI, au centre de l’attaque allemande, a été enfoncée sur 6 km et se voit rattacher le groupe de combat B de la 3e DB. La 2e DB américaine qui descend providentiellement de Vire au moment de l’attaque, commence à colmater la brèche près de St Hilaire. Elle prend en main les éléments du groupe de combat A de la 3e DB et des éléments de la 30e DI. Mais la division ne peut tenir avec ses seuls éléments de tête et la 35e DI qui descend aussi vers le sud, est appelée pour attaquer vers Barenton.
En réalité, la défense repose avant tout sur la 30e DI, venue en toute hâte au secours de la 1ère DI en difficulté pour prendre l’avantage. Le 7 août, la 9e DI vient renforcer le dispositif sur la rive Sud de la Sée et offre une forte résistance aux Allemands près de Mesnil-Adelée.

Le soir du 7 août, le 7e corps US a réussi à mobiliser 5 divisions d’infanterie, deux divisions blindées et a déjà fait 350 prisonniers. L’avance allemande est stoppée nette. La 30e DI est durement éprouvée ; elle compte 600 pertes. Dans la journée, le temps a été excellent, si bien que dix escadrilles de la RAF ont fait 249 sorties. Les 319 chasseurs allemands qui devaient assurer l’appui aérien de l’attaque ont tous été détruits au décollage ou sur leur terrain de la région parisienne.
A partir du 8 août, les unités du 7e corps US séparées dans la bataille commencent à reprendre contact entre elles. Le 10 et 11 août, le groupe de combat B de la 3e DB reprend le Mesnil-Tôve, pendant que la 35e DI qui a repoussé l’attaque allemande vers St Hilaire prend Romagny, à l’ouest de Mortain. Le 12 août, le 117e régiment de la 30e DI reprend St Barthélémy, au nord de Mortain. La 35e DI entre dans Mortain à midi et libère le 2e bataillon du 120e RI encerclé au début de l’attaque. Seuls restent 300 hommes valides sur 700 lorsque le bataillon est relevé ’ en raison notamment de nombreux blessés. Ce n’est que grâce aux parachutages et aux bombardements de vivres, munitions et matériel médical (par obus fumigènes vidés de leur contenu !) qu’il a tenu. Le bataillon a privé les Allemands d’un poste d’observation sur l’ensemble du champ de bataille, a gêné leurs mouvements et retenu des éléments de la 17e division SS panzergrenadier en arrière du front.

Pendant la contre-attaque, les Américains ont perdu 3 600 hommes et les Allemands 5 000 hommes et 100 chars. Le renforcement du 47e corps panzer par le 58e corps panzer n’a pas suffit à rassembler assez de moyens pour contre-attaquer sans exposer la 5e armée panzer et la 7e armée. La contre-attaque signe donc la fin d’une possibilité de contre-offensive allemande.


Cet article a été affiché 13386 fois depuis le 12/09/2006
Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 08/09/2006.

Changer le design

Êtes-vous satisfait par Overlord44 v.5 ?


Sondage mis en ligne le 29/09/2006

Totalement satisfait ! Bravo pour le travail accompli.
Satisfait (sauf quelques détails)
Moyennement satisfait. Il reste du travail.
Pas satisfait (veuillez nous envoyer un mail...)

Statistiques générales

Il y a eu aujourd'hui 20 visiteurs, 20 visites et 28 pages vues.

Il y a eu 319303 visiteurs, 336027 visites et 864777 pages vues depuis le 31/12/2006.

Vos statistiques

Vous avez effectué 1 visite aujourd'hui sur le site.
Lors de la visite actuelle, vous avez vu 6 pages.

Cette page

La page a été générée en 0.10580492019653 seconde.

Partenaires

Webring Histoire de France

logo de l'Histoire en ligne

logo SecondeGuerre.com

logo CSS
logo XHTML
logo PHP
logo 'Get Firefox'
Overlord44 | Webmasters : Christophe PINCEMAILLE & Louis COURCOL | Site & design : Christophe Pincemaille | v-5.3.7 - 2003-2017 | Ce site et son contenu sont soumis aux droits d'auteurs et aux libertés individuelles.